Une autre approche « verte » de la culture

« L’expérience de Grenoble explique en grande partie l’extrême méfiance du monde culturel envers les écologistes »

Les milieux de l’art ont souvent la fibre verte dans l’isoloir, mais pour leur métier, la fébrilité les gagne alors que les écologistes veulent mettre l’accent sur une culture populaire et participative.

Chronique. Disons que jusqu’à dimanche on se souciait peu du programme culturel des écologistes. Mais ils ont pris Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Besançon, Annecy, Poitiers, Tours, peut-être Marseille. Comme les villes sont le premier financeur de la création, loin devant l’Etat, les milieux de l’art écoutent, s’échauffent et se posent des questions. Beaucoup de questions. Ils ont souvent la fibre verte dans l’isoloir, mais, pour leur métier, la fébrilité les gagne, estimant, à tort ou à raison, qu’ils ont plus à perdre qu’à gagner.

Ceux qui s’inquiètent sont les lieux « institutionnels ». Les théâtres, musées, salles de musique et surtout les opéras. Pour une raison simple. Ces bâtiments imposants, souvent plantés au centre-ville, se taillent la part du lion dans un budget culturel municipal. Autour de 80 % si on les met ensemble. Autour de 25 % rien que pour un opéra, qui emploie souvent un orchestre, un corps de ballet, un chœur.

Continuer la lecture de « Une autre approche « verte » de la culture »

Les  « tiers-lieux » peuvent-ils faire l’objet d’un appel à projets ?

 
Woxx 19 Juni 2020

On écrit au woxx : le centre culturel Altrimenti se livre dans ce courrier à la rédaction à une réflexion sur les « tiers-lieux culturels » et leur signification pour la société.

(© altrimenti.lu)

Au Luxembourg, dans le cadre de la « capitale européenne de la culture » (Esch-sur-Alzette en 2022), l’Œuvre grande-duchesse Charlotte en partenariat avec l’asbl Esch 2022 a lancé un appel à projets (c’est à dire un mécanisme mis en place par un financeur pour l’attribution d’une subvention)  intitulé « tiers-lieux culturels », dans le but de contribuer « au développement de projets culturels, durables ou temporaires ». L’organisme définit les tiers-lieux ainsi : « Ces lieux-en-recherche sont le plus souvent des vecteurs de transitions socioculturelle, artistique, sociale, écologique, économique, démocratique, citoyenne, organisationnelle, territoriale ou urbaine. Certains d’entre eux sont des ateliers de création en collaboration, avec des acteurs différents et variés pratiquant la culture sous toutes ses formes et dans des polices vivantes, ainsi que dans les quartiers où vivent les gens. Ils cultivent également un mélange de genres, d’activités et de publicité. »

Continuer la lecture de « Les  « tiers-lieux » peuvent-ils faire l’objet d’un appel à projets ? »

„Duebel geféckt“

D’Repercussioune vun der Corona-Kris op de Buchsecteur

Jeff Schinker, Tageblatt Nr. 111: 10-11 (13 Mai 2020).

« Am Géigesaz zu Kultursecteuren, bei deenen d’Zesummenaarbecht am Mëttelpunkt steet, kéint ee mengen, de Marché vum Buch wier manner schro vun der Pandemie betraff: D’Buchliese war nach ëmmer eng Zort Panegyrikus vum Elengsinn. Mä wann d’Bichergeschäfter an d’Verlagshaiser zou an (inter)national Salon’en ofgesot ginn, huet dat och ganz konkret Repercussiounen op de Mikrokosmos vun der Luxemburgensia. »

« Den Auteur vun dësem Artikel ass selwer Schrëftsteller. Ville gefält dat net. Dat ass awer nu mol esou. »

La pyramide inversée pour relancer l’économie de la culture

Terra Nova , 5 mai 2020 | Par Françoise Benhamou, économiste, professeur à l’université Sorbonne Paris Nord, membre du Cercle des Economistes et Victor Ginsburgh, European Center for Advanced Research in Economics and Statistics (ECARES), Université libre de Bruxelles

La crise sanitaire est inédite : une offre paralysée par la fermeture, complète ou partielle, passagère ou durable, de la production et de la distribution. Toute l’architecture des secteurs culturels s’est retournée : éditer ou produire sans être diffusé, répéter et jouer sans public, gardienner des salles de musées sans rencontrer de visiteurs, faire du virtuel l’unique moyen de conserver une audience… La fermeture des systèmes de distribution et de diffusion a conduit des films, des livres, des concerts et des spectacles à perdre leurs fenêtres d’exploitation.

Le document

Réinventer la politique par la culture

Aurélie Filippetti, Ancienne ministre de la Culture par aomedia
 

Interpellé par le monde de la culture, le président Macron s’apprête à annoncer des « premières décisions » pour soutenir ce secteur très durement touché par la crise sanitaire. À cette occasion, il faut rappeler l’importance de la culture non seulement pour la bonne santé de l’économie, mais surtout pour celle de la démocratie. Alors que les distributeurs numériques profitent de la crise sanitaire pour étendre leur emprise, il est grand temps d’inventer une autre politique culturelle. Continuer la lecture de « Réinventer la politique par la culture »

« Une politique publique doit défendre ses créateurs »

Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, plaide pour un « new deal » dans la culture

ENTRETIEN, Propos recueillis par Michel Guerrin

Jack Lang, ministre de la culture emblématique de François Mitterrand à partir de 1981, aujourd’hui président de l’Institut du monde arabe, à Paris, appelle à un sursaut culturel pour un secteur fortement touché par la crise sanitaire.

Le Monde 5 mai 2020